Lancement de la neuvième édition du WORLD PRESS PHOTO MONTRÉAL. 40 000 visiteurs attendus au Marché Bonsecours, du 27 août au 28 septembre 2014

Montréal, le 26 août 2014 – Le plus grand événement photographique au monde, le World Press Photo, est présenté pour une quatrième année au Marché Bonsecours, du 27 août au 28 septembre. Ayant accueilli 35 000 visiteurs l’an dernier, l’exposition emblématique de la rentrée culturelle montréalaise ajoute cette année une semaine supplémentaire, y compris le week-end de la fête du Travail et des nocturnes jusqu’à minuit les jeudis, vendredis et samedis.

Plus de 40 000 personnes, dont plusieurs groupes scolaires, sont attendues cette année dans la salle de la Commune, vaste espace qui, en plus des 150 photos gagnantes sélectionnées en février dernier par un jury international, présentera également : une exposition exclusive d’Oxfam-Québec réalisée au Bénin par le photographe de renommée internationale et lauréat au World Press Photo en 2014 William Daniels; NIGHTLIFE AIME MONTRÉAL, une mosaïque photographique d’événements et de rassemblements culturels de la dernière année à Montréal; des images d’ICI RDI retraçant en vidéo les moments marquants de l’actualité internationale vue par ses correspondants à l’étranger.

Comparable aux Oscars de la photo, le World Press Photo est la plus prestigieuse compétition de photographie professionnelle au monde. Cette année, 5800 photographes de 130 pays ont soumis un total de 98 000 images. Réunis à Amsterdam en février dernier, les 19 membres du jury ont décerné des prix dans 9 catégories à 53 photographes de 25 pays. Les 150 photos gagnantes parcourent une centaine de villes à travers le monde, dont Montréal.

La Photographie de l’année 2014 est attribuée à l’Américain John Stanmeyer (Agence photo VII) pour le National Geographic. Elle montre les migrants africains sur la rive de Djibouti dans la nuit, levant leur téléphone portable pour tenter de capter le signal GSM peu coûteux de la Somalie voisine – un lien ténu avec les membres de leur famille à l’étranger. « Je m’attendais à ce que la Photographie de l’année provienne de Syrie, ce fut une surprise de découvrir la puissante image de John Stanmeyer. Son évocation emblématique touche l’une des plus importantes problématiques humaines : la migration, un phénomène universel et intemporel systématiquement lié aux problématiques frontalières, à la guerre, à la pauvreté, aux famines et aux catastrophes environnementales. Avec le choix de cette image, le jury du World Press Photo a préféré appréhender l’humanité dans sa globalité plutôt que de mettre l’accent sur la nouvelle quotidienne », commente le président du World Press Photo Montréal, Matthieu Rytz.

Yves Pelletier, porte-parole de l’édition 2014 - L’humoriste, cinéaste, animateur et comédien Yves Pelletier est porte-parole de l’édition 2014 du World Press Photo Montréal. Explorateur sensible et attentif, il a parcouru la planète, du Kirghizistan à Madagascar, de Bornéo à la Patagonie, lors de deux saisons à la barre de l’émission Partir autrement, télédiffusée sur TV5. Réalisateur de deux documentaires tournés l’un à Bollywood et l’autre au Nunavut, il est un passionné de voyage qui privilégie aussi lors de ses vacances les destinations non conventionnelles. À titre d’auteur, Yves Pelletier signe les textes de la bande dessinée Le pouvoir de l’amour et autres vaines romances, illustrée par Iris, qui vient tout juste de paraître, fin août. Il s’agit de son deuxième livre à La Pastèque après Valentin. « Pour moi, l’expo du World Press Photo, c’est l’occasion privilégiée d’admirer le travail exceptionnel de reporteurs-photographes émérites. Mais c’est aussi un espace de réflexion sur les grands et petits enjeux, d’ailleurs et d’ici, qui concernent notre monde. Sorties de leur cadre habituel de diffusion et présentées en grand format dans une salle d’exposition, ces photos, souvent captées lors d’événements dramatiques, nous interpellent, nous informent, nous émeuvent, nous troublent et parfois, paradoxalement, nous séduisent par leur grande beauté », commente Yves Pelletier.  

Discussion publique animée par Dennis Trudeau le jeudi 28 août à 17 h 30, au Centre Phi - Quels sont les rôles et responsabilités des photographes éditeurs dans la sélection des images qu’ils choisissent de publier? Un photographe doit-il tout photographier et les éditeurs, tout montrer? Durant 90 minutes, sous forme d’échanges animés par Dennis Trudeau, Marie Sumalla, juré du World Press Photo 2014 et éditrice photo au quotidien Le Monde, William Daniels, reporteur-photographe international et lauréat en 2008 et 2014 du World Press Photo, ainsi que Martin Tremblay, directeur photo au quotidien La Presse, partageront leur réalité, leurs réflexions et leurs questionnements sur ces sujets et enjeux qui façonnent chaque jour l’actualité nationale et internationale. Matthieu Rytz, photographe, commissaire d’expositions et président du World Press Photo Montréal, participera également à cet échange. Le public sera de même convié à prendre part au débat. Le coût d’entrée pour l’événement est de sept dollars et les billets seront disponibles au Centre Phi.

Marie Sumalla, jurée au World Press 2014 et éditrice photo du quotidien Le Monde - L’événement accueille cette année Marie Sumalla, éditrice photo des pages internationales du quotidien français Le Monde. Début février, à Amsterdam, elle a participé durant une semaine, en compagnie d’autres professionnels internationaux, à la sélection des photos gagnantes parmi les 98 000 soumises dans sa catégorie. De ses bureaux de Paris, Marie Sumalla collabore avec les photographes du Monde, notamment sur de grands dossiers ou des enquêtes réalisées partout sur la planète. « Au Monde, mon travail est en amont, avec les photographes sur le terrain. Je suis un peu leur antenne-relais, celle qui nous permet de témoigner de l’actualité à nos lecteurs en nous assurant d’avoir les bonnes équipes, aux bons endroits, au bon moment. C’est un défi de communication, d’adaptation et de flexibilité constante, notamment parce que l’actualité évolue d’heure en heure. J’ai ce privilège d’aller à la fois à la rencontre des photographes et de nos lecteurs. Comme jurée du World Press Photo 2014, le défi est à la fois impressionnant, stimulant et exigeant : durant cinq jours, du matin au soir, nous sommes réunis dans une salle à Amsterdam et disposons d’à peine quelques secondes pour sélectionner un “oui” ou un “non” à des dizaines de milliers de photos qui défilent devant nous à l’écran. C’est une semaine où nous évoluons carrément hors du temps », raconte Marie Sumalla.

Montréal accueille William Daniels, lauréat du World Press Photo en 2008 et 2014 - Aussi présent à Montréal, le photographe français William Daniels est particulièrement sensible aux enjeux sociaux et humanitaires de la planète, ce qui l’a amené à parcourir l’Afrique, à couvrir le tsunami en Asie du Sud-Est et le séisme en Haïti, à sillonner certaines zones de conflits comme en Libye, au Kirghizistan et en République centrafricaine. Il a notamment exposé à Paris, à Londres et à Bruxelles. Il est lauréat de deux prix World Press Photo, en 2008 et en 2014, cette année dans la catégorie « General News » pour sa série de 12 photos prises pour le magazine TIME en République centrafricaine. « En 2013, les violences ont fait de nombreux déplacés dans la capitale et en province, et une crise humanitaire à très grande échelle s’est installée », rappelle-t-il. En plus de celles exposées dans l’espace du World Press Photo, il a réalisé pour Oxfam-Québec les photos présentées sur la mezzanine de la salle de la Commune du Marché Bonsecours.

Expositions périphériques : Oxfam-Québec, NIGHTLIFE.CA et ICI RDI - Pour une deuxième année, Oxfam-Québec propose Regards, une exposition exclusive signée cette année par le photographe français William Daniels qui s’est rendu au Bénin au début d’août afin de témoigner de l’impact de l’organisme, recourant à une approche documentaire très personnelle. « Ces derniers temps, mes séjours en Afrique m’ont amené vers des destinations difficiles, voire en crise, où le sous-développement était un des facteurs principaux d’instabilité. Alors, arriver au Bénin, à Cotonou, et découvrir le programme d’Oxfam d’accompagnement des microentreprises, en partenariat avec l’ONG locale, le CDEL (Centre de développement économique et local), ont été pour moi une véritable bouffée d’oxygène et d’optimisme. Voilà une Afrique dont on ne parle peut-être pas assez, une Afrique qui bouge, qui va de l’avant! Je suis très heureux d’avoir amené, à Montréal, un petit bout de cette Afrique-là », explique-t-il.

En collaboration avec l’émission Ouisurf, l’organisme expose aussi des photos prises en Haïti par la photographe Jianca Lazarus. Ouisurf, gagnante du prix de la Meilleure émission de sport ou de loisirs aux Gémeaux 2013, est télédiffusée sur Canal Évasion. De plus, quatre artistes ont mis leur talent au service de l’exposition en transformant des planches de surf en véritables œuvres d’art. Le résultat du travail de Frank Lam, de Lebicar, de Marlène B. et de MATEL est exposé dans l’Espace Oxfam-Québec.

Le guide de la vie urbaine NIGHTLIFE.CA présente aux visiteurs une sélection de photos qui témoignent de la vie quotidienne et de l’aspect vibrant de la scène culturelle montréalaise. Intitulée NIGHTLIFE AIME MONTRÉAL, l’expo propose un regard animé sur la réalité et la vitalité de Montréal, son évolution et son offre culturelle, à travers l’œil de jeunes photographes montréalais qui chaque jour se retrouvent au cœur des événements. L’ensemble évoque une variété et une diversité de sujets, privilégiant de braquer les projecteurs à la fois sur les acteurs et les spectateurs qui s’expriment avec énergie sur des scènes variées. « L’équipe de Newad et de NIGHTLIFE.CA est très heureuse de partager ces photos invitant les visiteurs à découvrir ou à redécouvrir l’ambiance qui prévaut dans ces événements emblématiques de la ville et qui contribue à la reconnaissance de Montréal comme ville créative et souvent délicieusement déjantée. L’ensemble de ces centaines d’images guide les spectateurs dans un Montréal enjoué et festif, un parcours où ils auront l’occasion d’explorer, d’une vignette à l’autre, l’environnement urbain d’une ville que nous aimons inconditionnellement », commente Martine Desjardins, vice-présidente exécutive, Édition et Contenu, de Newad.

De son côté, l’équipe d’ICI RDI présente une sélection d’images des événements les plus marquants de l’actualité internationale en 2013 et 2014, recueillies par ses correspondants et leurs équipes à l’étranger, soit Jean-François Bélanger (Moscou), Alexandra Szacka (Paris), Joyce Napier (Washington), Marie-Ève Bédard (Beyrouth) et Yvan Côté (Pékin). « ICI RDI est très fière de se joindre au World Press Photo. Nos correspondants à l’étranger racontent les mêmes histoires à propos des mêmes événements et des mêmes personnes que les photographes de cette exposition. Nous poursuivons le même but : attirer l’attention, susciter la réflexion et la compréhension », précise Pierre Tremblay, directeur, grille et développement, d’ICI RDI.

Forfaits pour groupes scolaires et associations - Plusieurs centaines de groupes visitent chaque année le World Press Photo qui invite professeurs et accompagnateurs à se rendre au www.wppmtl.com pour bénéficier de forfaits pour les groupes de plus de dix étudiants ou membres d’associations et réserver des plages horaires de visite.

Informations pratiques - Le World Press Photo Montréal est présenté tous les jours au Marché Bonsecours situé au 325, rue de la Commune Est, dans le Vieux-Montréal (métro Champ-de-Mars), du 27 août au 28 septembre 2014, de 10 heures à 22 heures et jusqu’à minuit les jeudis, vendredis et samedis. L’entrée est de 12 dollars, de 10 dollars pour les étudiants ayant moins de 25 ans et gratuite pour les moins de 12 ans. La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite. Les billets sont disponibles sur place www.wppmtl.com.

À propos du World Press Photo - Fondé en 1955, le World Press Photo est une organisation indépendante et sans but lucratif basée à Amsterdam. La fondation s’engage à développer et à faire progresser des normes élevées en photojournalisme et en documentaire dans le monde entier. Au cours de l’année, l’exposition visite plus de 100 villes dans plus de 45 pays. Le World Press Photo bénéficie du soutien de la Loterie néerlandaise des Codes postaux et est parrainé dans le monde entier par Canon www.worldpressphoto.org.

L’exposition de Montréal est présentée par ARKAR, en collaboration avec Oxfam-Québec, La Presse+, ICI RDI, NIGHTLIFE.CA et Newad. Les partenaires de l’édition 2014 sont la Société de développement du Vieux-Montréal, La Vitrine, Urbania, Publicité Sauvage, l’Hôtel Gault, l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas, Photosynthèse, L’Entre-Pots et Saint-Justin.

 www.wppmtl.com | #wppmtl | Facebook | Instagram

 

 

Comment