© Warren Richardson - Hope for a New Life.jpg
DEADLINE-022.JPG
RDC-Regard-OQ-NM.jpg
1_Tournage Mon oncle Antoine_photo Véronique Lanoix.jpg
© Warren Richardson - Hope for a New Life.jpg

World Press Photo
31 août au 2 oct. 2016


MARCHÉ BONSECOURS

325, rue de la Commune Est

Tous les jours de 10 h à 22 h

Nocturnes : jeudi, vendredi

et  samedi  jusqu'à  minuit

SCROLL DOWN

World Press Photo
31 août au 2 oct. 2016


MARCHÉ BONSECOURS

325, rue de la Commune Est

Tous les jours de 10 h à 22 h

Nocturnes : jeudi, vendredi

et  samedi  jusqu'à  minuit

La 11e édition du World Press Photo Montréal sera présentée du 31 août au 2 octobre 2016, au Marché Bonsecours (Vieux-Montréal). 

L'événement présente les photographies gagnantes de la plus prestigieuse compétition professionnelle au monde. en 2015, 5800 photographes de 130 pays ont soumis un total de 98 000 images.

Depuis la première remise d’un prix en 1955, le World Photo est devenu le plus important événement en photojournalisme. 
- The New York Times
 Électrochoc photographique. 
- Le Devoir
The prestigious and provocative World Press Photo exhibition reveals the full breadth of life.
- The Gazette
Des photos sur la réalité du monde d’une qualité exceptionnelle. 
- La Presse
DEADLINE-022.JPG

deadline - WIll steacy (2015)


Exposition commissionnée par Matthieu Rytz et Guillaume Simoneau

SCROLL DOWN

deadline - WIll steacy (2015)


Exposition commissionnée par Matthieu Rytz et Guillaume Simoneau

Depuis cinq ans, Will Steacy a un accès illimité à la salle de presse et à l’imprimerie du Philadelphia Inquirer. C’est en photographiant les efforts fournis par The Inquirer pour prospérer malgré la chute des revenus publicitaires, le constant déclin des tirages, les congédiements, les rachats et la faillite que se traduit mon intention de mettre en lumière les défis et la dure réalité auxquels est aujourd’hui confrontée l’industrie de la presse. Deadline propose un examen minutieux de cette industrie et un reportage en profondeur expliquant les événements qui ont mené les salles de presse à leur situation actuelle devaient être effectués. Ayant coupé 30 % de ses effectifs au cours de la dernière décennie, l’industrie des journaux est celle qui décroît le plus rapidement en Amérique. Pourtant, plus de la moitié des adultes américains savent peu de choses, voire rien du tout, sur les problèmes financiers qui ont vidé les salles de presse. Celle de l’Inquirer comptait, à la fin des années quatre-vingt-dix, près de 700 employés ; aujourd’hui, il n’en reste qu’un peu plus de 200. À une époque où le tiers des adultes américains lisent les nouvelles sur Facebook, la transition de l’imprimé vers le numérique est marquée par de piètres revenus publicitaires en ligne, tandis que les journaux ont perdu 25 milliards de dollars en revenus publicitaires ces dix dernières années au pays.

RDC-Regard-OQ-NM.jpg

OXFAM-QUÉBEC (2015)


Exposition REGARDS - Édition 2015

SCROLL DOWN

OXFAM-QUÉBEC (2015)


Exposition REGARDS - Édition 2015

Pour une troisième année, Oxfam-Québec s’associe au World Press Photo Montréal pour présenter son exposition REGARDS, qui aborde les inégalités tant sociales qu’économiques à travers le monde. Pour l’occasion, Oxfam-Québec comptera notamment sur la participation des photographes Valerian Mazataud, Tamy Emma Pépin, Marie-Ève Rompré, Pascal Rousseau, Nicolas Montibert (photo). REGARDS mettra également en lumière le travail de volontaires qui œuvrent à lutter contre ces inégalités extrêmes.

1_Tournage Mon oncle Antoine_photo Véronique Lanoix.jpg

WAPIKONI(2015)


Quand le cinéma créé des ponts

SCROLL DOWN

WAPIKONI(2015)


Quand le cinéma créé des ponts

Le Wapikoni mobile, studio ambulant de création audiovisuelle et musicale, circule depuis 2004 dans les communautés des Premières Nations du Canada et d’Amérique du sud. Créé par la cinéaste Manon Barbeau, ce projet de médiation et de développement des compétences a été cofondé par le Conseil de la Nation Atikamekw et le Conseil des Jeunes des Premières Nations.

L’exposition reflète 10 ans d’intervention du Wapikoni dans  les communautés autochtones d’ici et d’ailleurs, capté  par la camérades formateurs, intervenants et participants. Images reflétant à la fois traditions et réalités contemporaines.