© Warren Richardson - Hope for a New Life.jpg
image001.jpg
Photo pour site web.jpg
Je ne viens pas de l'espace.jpg
© Warren Richardson - Hope for a New Life.jpg

World Press Photo
31 août au 2 oct. 2016


MARCHÉ BONSECOURS

325, rue de la Commune Est

Tous les jours de 10 h à 22 h

Nocturnes : jeudi, vendredi

et  samedi  jusqu'à  minuit

SCROLL DOWN

World Press Photo
31 août au 2 oct. 2016


MARCHÉ BONSECOURS

325, rue de la Commune Est

Tous les jours de 10 h à 22 h

Nocturnes : jeudi, vendredi

et  samedi  jusqu'à  minuit

La 11e édition du World Press Photo Montréal sera présentée du 31 août au 2 octobre 2016, au Marché Bonsecours (Vieux-Montréal). 

L'événement présente les photographies gagnantes de la plus prestigieuse compétition professionnelle au monde. en 2015, 5775 photographes de 128 pays ont soumis un total de 83 000 images.

Depuis la première remise d’un prix en 1955, le World Photo est devenu le plus important événement en photojournalisme. 
- The New York Times
 Électrochoc photographique. 
- Le Devoir
The prestigious and provocative World Press Photo exhibition reveals the full breadth of life.
- The Gazette
Des photos sur la réalité du monde d’une qualité exceptionnelle. 
- La Presse
 

Anaïs Barbeau-Lavalette sera la porte-parole

de la 11e édition du World Press Photo Montréal et signera une exposition

sur les réfugiés syriens arrivés à Montréal

Événement présenté du 31 août au 2 octobre 2016 au Marché Bonsecours

image001.jpg

Anaïs Barbeau-Lavalette


Porte-parole 2016

SCROLL DOWN

Anaïs Barbeau-Lavalette


Porte-parole 2016

Photo: André Turpin

L’auteure et réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette sera la porte-parole de la prochaine édition du World Press Photo Montréal, présentée du 31 août au 2 octobre prochain au Marché Bonsecours. Par la même occasion, l'artiste multidisciplinaire se voit offrir une carte blanche pour présenter une exposition qu’elle a choisie de consacrer aux réfugiés syriens récemment arrivés à Montréal. Celle qui a remporté en mai 2016 le Prix des libraires pour son roman La femme qui fuit (Marchand de feuilles) souhaite ainsi témoigner de la réalité des nouveaux arrivants syriens dans la métropole, en valorisant notamment l’apport de plusieurs Montréalaises et Montréalais, chaque jour mobilisés pour encourager et faciliter leur intégration.

> Texte complet

 

Photo pour site web.jpg

OXFAM-QUÉBEC | 2016


REGARDS 2016

SCROLL DOWN

OXFAM-QUÉBEC | 2016


REGARDS 2016

À la recherche des milliards perdus. Tous les ans, les états perdent des milliards de dollars d’impôts parce que des individus fortunés et des multinationales dissimulent leurs richesses dans les paradis fiscaux. Chaque dollar perdu est une occasion ratée de lutter contre la pauvreté et les inégalités, ici comme ailleurs.

 

Si vous receviez 1 milliard de dollars pour lutter contre la pauvreté et les inégalités, qu’en feriez-vous? À travers cette exposition, Oxfam-Québec vous invite à découvrir les initiatives porteuses de changement et d’espoir que l’ONG mène pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Mathieu-Étienne Gagnon (photo), Guillaume Internoscia, Alexandre Morin-Laprise et Simon Trepanier illustrent en photo le travail de nos équipes auprès d’organisation locales qui œuvrent auprès des jeunes et des femmes.

Je ne viens pas de l'espace.jpg

Je ne viens pas de l'espace


Histoires et portraits de nouveaux arrivants syriens à Montréal

SCROLL DOWN

Je ne viens pas de l'espace


Histoires et portraits de nouveaux arrivants syriens à Montréal

En juillet et août 2016, la réalisatrice et auteure Anaïs Barbeau-Lavalette et le photographe Guillaume Simoneau sont allés à la rencontre de nouveaux arrivants syriens qui apprivoisent depuis quelques mois leur nouvelle vie au Canada, plus précisément à Montréal. Une invitation à découvrir les histoires de Nidal, de Rajaa, de George, d’Alaa, de Reeta, d’Ilona, d’Hamzah ou de Reem, tout comme celles de familles d’accueil qui redonnent espoir à ces nouveaux arrivants. 

Cette exposition est produite par AnthropoGraphia, organisme à but non-lucratif qui recourt à la force de l’image, artistique et documentaire, pour raconter des histoires humaines et universelles encourageant la réflexion et l’évolution de nos sociétés. Elle est notamment rendue possible grâce au soutien de la Ville de Montréal, en lien avec ses orientations en matière d'accueil et d'intégration des nouveaux arrivants, en particulier face à la crise humanitaire en Syrie.